Parole d’expert : “La crise a poussé les PME-TPE sur le banc des mauvais payeurs.”

Largement relayé par la presse généraliste et économique, et notamment dans un article paru sur “Les Échos”, le premier baromètre publié par le comité de crise sur les délais de paiement comporte deux enseignements majeurs. Tout d’abord, et c’est plutôt une révélation, “les entreprises de moins de 250 salariés sont désormais responsables de nombreux retards de règlement”, ensuite une tendance qui se confirme : “les épisodes de confinements aggravent les comportements de mauvais payeurs”…

Commandité à l’institut BVA, ce baromètre “souhaite mesurer en temps quasi réel le ressenti des dirigeants sur le crédit inter-entreprises.” Pour cette première édition, “600 chefs d'entreprise de toutes tailles ont été sondés en novembre”, soit au cœur du second confinement… ce qui a eu une incidence certaine sur les résultats. Et notamment, “c'est désormais du côté des petites et moyennes entreprises que l'inquiétude pointe.”

Désormais, ce sont les TPE/PME qui sont montrés du doigt sur la question des retards de paiement : “Pour 81 % des sondés, ce sont elles qui sont responsables des retards, et 54 % d'entre eux épinglent les structures de moins de 10 salariés.” Concrètement, “La crise les a fait basculer du côté des mauvais élèves qui dépassent les 60 jours réglementaires.”

Pierre Pelouzet, Médiateur National des entreprises, explique ainsi clairement la situation, “les petites entreprises sont traditionnellement dans les temps, mais nous assistons à un effet cascade : les grands groupes ayant mal payé au début de la crise, les tensions sur la trésorerie se sont répercutées sur les plus petites, et ce sont elles qui suscitent désormais des retards de paiement.”

 

Des retards de paiement… mais pas que !

D’après le baromètre BVA, d’autres phénomènes moins évidents que les retards de paiement impactent les rentrées d'argent et fragilisent les conditions de la reprise espérée pour le second semestre 2021… Ainsi, selon les sondés, “une entreprise sur dix au cours de novembre 2020 dénonce des pratiques non coopératives” comme des bons de commande émis avec retard, des retards de validation pour une prestation ou encore “un élément du contrat modifié de façon unilatérale” pour 8 % d’entre eux.

Surtout, la situation a globalement empiré avec le deuxième confinement et “trois entreprises sur dix notent leur recrudescence, notamment dans les délais excessifs de validation du travail réalisé (42 %)”. Ce que dénonce Pierre Pelouzet qui considère que ces pratiques insidieuses et répréhensibles sont rien moins que des “moyens cachés pour décaler les paiements sans se faire prendre !”

 

Confinement, un mauvais effet amplificateur

L’autre enseignement significatif est, bien entendu, “l'effet délétère des confinements sur les délais de paiement.” On s’en doutait mais les chiffres le confirment : “16 % des patrons interrogés déclarent un nouvel allongement des délais en novembre 2020.” L’effet “boule de neige” tant redouté est bien présent puisque “ces petites entreprises, devenues victimes puisqu'elles enregistrent des retards de paiement de 43 jours en 2020, sont devenues fautives à défaut de trésorerie.”

Cette situation que résume ainsi Pierre Pelouzet, “un cercle vicieux, mal payé, je paye mal” ne doit pas se généraliser et obérer les chances de reprise en 2021. Ce qui pousse le Comité de crise à tirer la sonnette d’alarme à propos du “risque que pourrait faire peser l'allongement des règlements à l'heure de la reprise.”

 

Conclusion : 2021, l’année du cash !

Cette étude le démontre encore, le problème des retards de paiement et plus généralement des conditions de paiement s’est clairement aggravé avec la crise. L’urgence d’y remédier pour développer les conditions propices à une reprise économique est d’autant plus importante… et ce, spécialement pour les entreprises de taille réduite. 

Après une année 2020 marquée par une forte tension sur les flux financiers et les relations inter-entreprises, il s’agit désormais de repartir sur des bases saines et d’enclencher une boucle vertueuse pour 2021. Cette année qui démarre sera donc placée sous le signe du cash management et de la préservation de la trésorerie.

N’oublions pas que les TPE/PME constituent une part largement majoritaire du tissu économique français et que ce contexte d’incertitude qui s’installe doit être contenu par tous les moyens. Cela passe par un meilleur équipement des TPE/PME quant aux outils de suivi et relance de factures ainsi qu’un accompagnement sur le long terme pour piloter au plus près leur trésorerie.

 

Clearnox, incontournable partenaire des PME

Au regard des enseignements de ce baromètre, il apparaît que la solution Clearnox se pose en réponse adaptée aux différentes questions qui se posent aux TPE/PME. Clearnox connaît parfaitement le sujet et reste plus que jamais mobilisé pour les aider au quotidien en leur apportant une solution efficace à leurs besoins de trésorerie.

Avec sa méthode “APS”, inspirée de la sécurité routière, Clearnox propose aux entreprises d’adopter un triptyque gagnant : Alerter + Protéger + Sécuriser. L’idée centrale est d’impliquer les entreprises dans le rôle d’acteur principal de la gestion de leur trésorerie, dès l’amont avec la “prévenance” qui permet d’instaurer un climat de confiance, de renforcer leur image de marque et de capitaliser sur leur Relation Client.

Ainsi, Clearnox s’impose comme un partenaire privilégié pour les TPE/PME afin de les aider à relever ce défi majeur : celui de se faire payer plus facilement et plus rapidement… même (et surtout) en temps de crise ! Collaborative, intuitive et facile à utiliser, la solution Clearnox apparaît donc comme la réponse idéale au contexte actuel, comme le démontre cette série de vidéos.

 

▶︎ Retrouvez en intégralité l’article, paru sur “Les Échos” :  https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/pourquoi-les-pme-tpe-deviennent-a-leur-tour-de-mauvais-payeurs-1291389

 

Á propos de Clearnox

Clearnox, leader dans le suivi, la relance et le paiement de factures, permet aux entreprises d’être payées plus facilement et plus rapidement. Grâce à une solution innovante en ligne et une méthodologie éprouvée, Clearnox apporte une réponse aux problèmes majeurs des entreprises : la sécurisation d’un niveau suffisant de trésorerie et la maîtrise des délais de règlement. Depuis son lancement, Clearnox a facilité le paiement cumulé de 10 Milliards d’euros de factures !

 

Demandez une web démo

contact@clearnox.com

Tel. : +33 2 47 60 65 96

En savoir plus sur le logiciel de recouvrement de créances Clearnox ?