arrow up

Tout comprendre sur la trésorerie et le besoin en fonds de roulement


  • dot Metiers
  • date September 16, 2021
  • clock min
  • share partager

Le besoin en fonds de roulement (BFR) est un indicateur financier qui peut paraître difficile à appréhender. Pourtant son calcul est relativement simple, et surtout très utile ! Etroitement lié à la trésorerie, le BFR permet d’anticiper, et donc d’agir, sur la santé financière de l’entreprise. Un enjeu important quand les difficultés surviennent, mais aussi au contraire quand il s’agit de développer l’activité… Besoin en fonds de roulement et trésorerie : le point pour bien comprendre ces notions centrales.

Besoin en fonds de roulement : définition, calcul et enjeux

Le BFR est la somme que l’entreprise doit financer pour payer ses charges en attendant de recevoir le règlement de ses créances clients : il résulte du décalage entre les encaissements et les décaissements.

Illustration : lorsque l’entreprise paye ses fournisseurs à 30 jours, alors que ses clients la payent à 60 jours, l’entreprise a un BFR positif. Elle doit disposer d’une trésorerie suffisante pour payer ses charges en attendant le règlement de ses créances.

BFR positif ou négatif

La formule de calcul du besoin en fonds de roulement est la suivante :

BFR = stock + créances – dettes

Comment interpréter le résultat ?

  • Le BFR est positif : cela signifie que l’entreprise doit financer le décalage constaté entre les encaissements et les décaissements – c’est souvent le cas en pratique, lorsque l’entreprise accorde aux clients des délais supérieurs aux délais de paiement négociés avec les fournisseurs. La trésorerie est le moyen le plus courant pour financer le BFR positif.
  • Le BFR est négatif : cela signifie que l’encaissement est préalable au décaissement – fréquent en pratique dans le secteur de la grande distribution. Le BFR négatif est alors une ressource financière pour l’entreprise.

Le lien entre fonds de roulement et besoin en fonds de roulement

Le fonds de roulement désigne l’argent qui est effectivement disponible dans les caisses de l’entreprise pour financer son activité. Il est utile de comparer fonds de roulement et besoin en fonds de roulement :

  • Si le BFR est supérieur au fonds de roulement : l’entreprise a un besoin d’argent supérieur à ses ressources, elle doit trouver un moyen de se financer pour payer ses charges d’exploitation – fournisseurs, salaires, foncier, fiscalité…
  • Si le BFR est inférieur au fonds de roulement : la trésorerie de l’entreprise est au moins suffisante pour payer ses charges. L’entreprise n’a pas besoin de recourir à l’emprunt pour se financer, ses réserves d’argent le permettent.

C’est la trésorerie qui fait le lien entre le fonds de roulement et le BFR.

 

Trésorerie : définition et enjeux

La trésorerie désigne les fonds propres que possède l’entreprise. Ces fonds constituent une ressource financière précieuse. La trésorerie en effet permet à l’entreprise de payer ses charges, mais aussi d’investir dans de nouveaux projets à fort potentiel de croissance. Au-delà de cet aspect financier très concret, la trésorerie a un impact psychologique sur le chef d’entreprise – et ses équipes. Un faible niveau de trésorerie génère du stress et de l’incertitude…

Lorsque le fonds de roulement est supérieur au BFR, le chef d’entreprise est serein : sa trésorerie est positive, il peut payer ses charges et se développer. A contrario, le fonds de roulement inférieur au BFR est source d’inquiétude : la trésorerie de l’entreprise est en négatif, il faut rapidement trouver des solutions (souvent coûteuses !) pour éviter l’état de cessation de paiement.

Quels leviers pour augmenter le fonds de roulement et baisser le BFR ?

En augmentant le fonds de roulement et/ou en faisant baisser le besoin en fonds de roulement, l’entreprise maintient une trésorerie suffisante. Les charges sont payées en temps et en heure, les perspectives de croissance sont bonnes, le chef d’entreprise pilote sereinement son activité.

Comment augmenter le fonds de roulement ? Il s’agit de faire entrer de l’argent dans les caisses de l’entreprise. Plusieurs axes de stratégie :

  • L’augmentation des fonds propres : affectation du bénéfice en réserve, augmentation de capital, emprunt long terme…
  • La cession des immobilisations – foncier ou mobilier non indispensable.

Quels leviers pour faire baisser le besoin en fonds de roulement ?

  • Optimiser le poste clients : réduction des délais de paiement, demande d’acompte, relance systématique en cas de retard… autant d’actions qui permettent de faire diminuer le BFR à moindres efforts.
  • Négocier des délais de paiement plus longs avec les fournisseurs, pour encaisser les clients avant de régler les dettes.
  • Pour les dettes fiscales et sociales, opter pour un paiement trimestriel et non mensuel.
  • Réduire les stocks pour éviter le stock dormant – qui augmente le besoin en fonds de roulement.

Le poste clients reste le levier le plus efficace pour diminuer votre BFR. Avec un logiciel de recouvrement de créances performant, vous obtenez des résultats rapides : les scénarios de relance automatisée permettent d’encaisser plus vite, sans mobiliser de ressources humaines supplémentaires.


prev Précédent article

Sage et Clearnox, un partenariat stratégique qui tient ses promesses

Prochain article next

Priorité de la rentrée et des mois à venir : se faire payer ses factures !