Comment optimiser son BFR ?

Alors que les créances dont elle est titulaire ne sont pas immédiatement payées et que son stock n’est pas instantanément écoulé, l’entreprise doit continuer de régler ses fournisseurs, payer ses salariés, investir et s’acquitter de ses charges en temps et en heure. Ce décalage de trésorerie entre la date d’encaissement et la date de décaissement peut entraîner des conséquences négatives : découvert bancaire, nécessité de recourir à un crédit… autant de solutions coûteuses à la charge de l’entreprise. C’est pourquoi il s’avère bénéfique d’optimiser son besoin en fonds de roulement.

Le BFR représente la somme qui doit être effectivement disponible dans les caisses de la société pour financer son activité. Le BFR est égal à la différence entre la somme des actifs en circulation (créances et stocks) et la somme des dettes fournisseurs. Différentes directions doivent être envisagées pour optimiser son BFR.

 

Pourquoi bien maîtriser son besoin en fonds de roulement ?

 

Maîtriser son besoin en fonds de roulement permet de connaître en temps réel le montant des sommes qui doit être disponible en trésorerie pour régler les dettes de l’entreprise à l’échéance. En cas de décalage entre les encaissements et les décaissements, impliquant un manque de trésorerie, l’entrepreneur qui maîtrise son BFR est en mesure d’envisager en amont les solutions adaptées.

Calcul du BFR :

Calculer son besoin en fonds de roulement permet à l’entrepreneur d’anticiper l’état de sa trésorerie à un instant T.

Exemple de calcul :

Le besoin en fonds de roulement se calcule sur la base de la formule suivante :

BFR = (montant des stocks + montant des créances) – dettes fournisseurs.

Exemple :

J : une entreprise passe commande à son fournisseur pour un montant de 10 000 €, elle doit régler cette dette fournisseur dans un délai de 30 jours.

J + 10 : l’entreprise vend son stock à hauteur de 8 000 €. L’entreprise accorde un délai de paiement : sa créance de 8 000 € est encaissée 60 jours après la vente.

 

Interprétation du résultat du calcul du BFR :

  • BFR positif : le besoin en financement est supérieur aux ressources de l’entreprise à l’instant T. C’est notamment le cas lorsque les délais de règlement des factures fournisseurs sont plus courts que les délais de paiement accordés par l’entreprise à ses clients. Dans cette hypothèse, le dirigeant doit envisager des financements complémentaires – apports en comptes courants d’associés, prêts bancaires, découvert…
  • BFR nul : le besoin en financement est égal aux ressources de l’entreprise à l’instant T, les flux de trésorerie sont à l’équilibre.
  • BFR négatif : C’est notamment le cas lorsque les délais de règlement des factures fournisseurs sont plus longs que les délais de paiement accordés par l’entreprise à ses clients. Les ressources financières de l’entreprise suffisent à couvrir ses besoins en trésorerie. C’est l’hypothèse la plus favorable, qui traduit notamment un encaissement préalable au décaissement, fréquent dans la grande distribution.

Calculer son BFR permet de prendre la mesure des décalages de trésorerie, et de mettre en place en amont les solutions appropriées pour diminuer son besoin en fonds de roulement, voire atteindre un résultat nul ou négatif.

Vous souhaitez tester Clearnox ?

Zoom sur les leviers d’action efficaces pour optimiser son BFR

 

Pour optimiser son besoin en fonds de roulement, il faut s’attaquer d’une part à l’actif en circulation, d’autre part aux dettes exigibles.

L’optimisation du poste clients : la clé de voûte du BFR

Vous l’aurez compris : plus vous encaissez vite, plus vous diminuez votre besoin en fonds de roulement. D’un point de vue macroéconomique, il s’agit tout simplement de faire financer vos dettes par vos clients. Pour optimiser votre poste clients :

  • Réduisez vos délais de paiement. En n’accordant aucun délai, vous encaissez immédiatement le produit de vos ventes et réduisez d’autant votre BFR. Exiger le paiement immédiat d’une créance peut néanmoins s’avérer trop contraignant pour la clientèle, lorsque le montant des sommes en jeu est important. Si vous observez que votre BFR est trop souvent positif, pensez à mesurer l’impact des retards de paiement, le cas échéant.
  • Demandez un acompte à la commande. En encaissant immédiatement une partie des sommes à recouvrer, vous faites partiellement financer votre dette fournisseur par le client. Votre BFR diminue, et votre trésorerie s’en porte mieux.
  • Attention aux erreurs de facturation. Bien gérer son poste clients est essentiel pour diminuer son BFR. En évitant les oublis, vous vous assurez d’encaisser la totalité des sommes dues.
  • Actualisez vos CGV. Vos conditions générales de vente acceptées par le client l’obligent à respecter les modes et délais de paiement imposés. Pensez à actualiser vos CGV au regard de vos délais de paiement réduits et de l’exigibilité d’un acompte.
  • Mettez en place une politique de relance et de recouvrement. Pour recouvrer vos créances le plus rapidement possible – et optimiser ainsi votre BFR – vous avez tout intérêt à mettre en place une procédure stricte de relance client. Pour gagner en temps et en efficacité, envisagez le logiciel d’automatisation des relances clients.

 

Les autres leviers d’action pour optimiser son BFR :

 

  • Au même titre que le poste clients, le poste fournisseurs est central dans l’optimisation du BFR. Il s’agit de négocier avec vos fournisseurs des délais de règlement plus longs. Ce faisant, vous encaissez avant de décaisser et votre besoin en fonds de roulement est nul, voire négatif. Dans le cadre des négociations, veillez en outre à refuser tout règlement à l’avance. Enfin, sélectionnez des fournisseurs fiables, dont les délais de livraison vous permettent de rapidement mettre en vente vos stocks.
  • Les dettes fiscales et sociales comptent dans le calcul du BFR au même titre que les dettes fournisseurs. Deux solutions à envisager pour retarder le règlement des dettes fiscales en vue d’optimiser votre besoin en fonds de roulement : opter pour un versement trimestriel de la TVA si vous êtes débiteur, et inversement – récupération mensuelle du crédit de TVA – et retarder le paiement de vos charges sociales – périodicité trimestrielle, sous conditions.
  • La réduction des stocks peut également être envisagée pour diminuer votre BFR. En travaillant en flux tendu, vous réduisez le risque du stock « dormant » qui augmente votre besoin en fonds de roulement aussi longtemps qu’il demeure invendu. Pour optimiser vos stocks, étudiez leur écoulement sur une année N. Réalisez en outre des inventaires réguliers pour éviter un « sur approvisionnement », et réduisez au maximum vos délais d’approvisionnement côté fournisseurs, de livraison côté clients.

 

En tout état de cause, votre marge de manœuvre la plus impactante est au niveau des encaissements. En faisant rentrer l’argent en temps et en heure, grâce à une bonne procédure de relance clients, vous réduirez à chaque instant votre BFR !

procédure de relance

Bénéficiez d’une démonstration personnalisée de Clearnox, logiciel de recouvrement de créances