Le „name shaming” c’est bien, mais se faire payer dans les délais en préservant sa relation client : c’est mieux !

L’état pénalise les mauvais payeurs à travers le „name shaming”. De grandes entreprises viennent de subir de lourdes amendes pouvant aller désormais jusqu'à 2M d'euros. Les retards de paiement impactent particulièrement les PME avec un manque à gagner de 19 Mds d'euros. Le mieux est néanmoins de faire de la prévention et du suivi des relances tout en préservant sa relation commerciale avec ses clients.

La presse s’est récemment fait l’écho de cette situation et notamment un article du HuffPost consacré aux conséquences de la nouvelle législation contre les retards de paiements. Le sujet explique qu’il s’agit ainsi de changer les habitudes et de lutter contre un fléau d’une ampleur phénoménale. Une situation d’autant plus problématique qu’elle touche, en premier lieu, les PME/TPE.

Á ce propos, l’article du HuffPost reprend une intervention à Europe 1 de Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’État auprès de Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie et des Finances : “On veut que le sujet du paiement des factures dans les temps soit important pour tout dirigeant. On sait qu’une PME sur quatre a des difficultés de trésorerie parce qu’elle est mal payée par ses clients”.

Et de conclure : „Si les entreprises ont normalement deux mois pour régler leurs factures, il s’avère en réalité que la moitié le font en retard. Ce qui pose des problèmes et conduit même de nombreuses PME à mettre la clé sous la porte à cause de ces mauvais payeurs.” ce qui démontre la gravité du problème et l’importance des solutions proposées aux PME, et notamment celle de Clearnox.

► Lire l'article en intégralité

 

En savoir plus sur le logiciel de recouvrement de créances Clearnox ?

Bénéficiez d’une démonstration personnalisée de Clearnox, logiciel de recouvrement de créances