La conférence avec le médiateur national du crédit pour vous aider à vous financer en période de crise

Ou comment solliciter les appuis gouvernementaux et remettre le recouvrement au cœur de vos priorités

 

En cette période de crise où les entrepreneurs sont à la recherche de réponses claires et de conseils pratiques, Clearnox vous invite à découvrir une e-conférence passionnante sur le thème des nouvelles solutions de financement et de recouvrement. D’accès simple et gratuit, cette conférence vidéo vient en aide à tous les décideurs soucieux de passer cette crise, ou comment s’en sortir et quels moyens sont à disposition pour en sortir renforcés

L’e-conférence s’est déroulée dans le cadre de l’émission SageDéfisPME” qui regroupait  5 experts invités à s’exprimer sur la crise actuelle et les moyens d’y faire face. Ces différentes personnalités reconnues du monde économique et financier ont pu exposer leur vision et prodiguer de précieux conseils :

  • Frédéric Visnovsky, Médiateur national du crédit aux entreprises à la Banque de France et Secrétaire général adjoint de l'Autorité de contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR
  • Thierry Gingembre, Représentant de la CPME, Président de l’ANCR (Syndicat National des Cabinets de Recouvrement de Créances) et Président de Saint Louis Recouvrement
  • Mathias Eleaume, Fondateur et CEO de Clearnox, Solution innovante de suivi et recouvrement de créances
  • Cédric Suire, Chef de Marché Sage
  • Vincent Boulanger, Directeur administratif et financier Plastitek

Au cours de ce débat d’un format d’une heure, trois thématiques fortes ont été abordées :

- les aides de l’États, “se faire accompagner pour en mieux en profiter”, la trésorerie nerf de la guerrerétablir le client comme source principale de financement” et enfin, le recouvrement en dernier recours changer de main quand tout a été tenté”. 

Revivez cette e-conférence en cliquant sur ce lien : Financement en temps de crise et au-delà : Quelles solutions pour les PME ?

••••••••••

 

Aides de l’Etat : s’y retrouver pour mieux en profiter

Après avoir fait le point sur la situation financière, suite aux confinements successifs et autres mesures sanitaires, les échanges se sont centrés sur les mesures globales de soutien et de relance, et plus spécialement les actions spécifiques pour les TPE/PME. Sur ce point, Frédéric Visnovsky est revenu sur le fait que ces mesures visent principalement les PME/TPE, représentant 95% des entreprises françaises

Il détaille leur fonction selon 3 axes majeurs, soit  prendre en charge une partie des coûts fixes, alimenter la trésorerie et maîtriser des délais de paiement. Surtout, pour lui le conseil essentiel à donner aux entrepreneurs est de s’entourer de conseils pour mieux s’y retrouver et sélectionner les aides les mieux appropriées à leur propre situation (PGE, Fonds de Solidarité, reports de charges, chômage partiel, etc). C’est d’autant plus nécessaire que les mesures étant nombreuses, elles ont, de plus, évolué avec le temps.

 

“Il est extrêmement important de se faire accompagner

pour trouver les meilleurs dispositifs adaptés à la

situation particulière de chaque entreprise.”

Frédéric Visnovsky

 

 

À la question “Comment trouver son éligibilité par rapport à tout ce qui est proposé par le gouvernement et d'autres organismes ?”, Frédéric Visnovsky évoque le site web “Place des Entreprises”, géré par Bercy qui permet d’orienter vers le besoin le plus adapté à la situation de chaque entreprise. Il cite également les correspondants TPE de la Banque de France, ainsi qu’un numéro rouge mis en place par Bercy et les experts-comptables, bien entendu…

 

Refaire du client sa principale source de financement

Comme le relève fort justement Mathias Eleaume de Clearnox en introduction de cette seconde partie du débat consacrée aux solutions de financement : “L’enjeu pour les entreprises est d’arriver à se faire payer et, si possible, en temps et en heure.” Cela peut paraître une évidence mais force est de constater, que dans la situation actuelle, et les délais de paiement qui explosent, la chose n’est pas aussi aisée qu’il n’y paraît.

D’ailleurs, selon Frédéric Visnovsky, “la notion de culture cash est majeure car cette crise a touché toutes les entreprises”. D’autre part, le crédit inter-entreprises s’élevant à 700 milliards € et les délais de paiement repartant à la hausse, “il faut absolument agir et l’action doit venir, d’abord, de chacune des entreprises.”

 

“La solution de financement par essence d’une entreprise,

c’est son activité, ses clients…et cela doit le rester.”

Mathias Eleaume

 

 

Dans la mesure où, d’après Thierry Gingembre, “2021 sera l’année de tous les dangers”, il importe dès maintenant pour les entreprises de se protéger et de se concentrer sur l’essentiel, à savoir, assurer le financement de l’entreprise par des entrées de cash pour alimenter une trésorerie saine à même de porter la survie de l’entreprise, voire son développement.

L’accompagnement doit s’appuyer sur des conseils mais aussi passer par des solutions logiciels, comme le soulignent Mathias Eleaume et Cédric Suire (Sage). L’objectif étant d’y voir clair et se doter de moyens pour anticiper. C’est-à-dire, relancer chacun de ses clients au bon moment et avec le bon discours, ceci afin de préserver ses intérêts en se faisant payer mais aussi en préservant sa relation client.

Comme le décrit très bien Vincent Boulanger qui vit concrètement les choses au quotidien en tant que DAF, il s’agit pour l’entreprise, après avoir “fait le plein de toutes les aides possibles”, d’instaurer une “conduite de financement” qui place le cash au cœur de tous les enjeux. Il faut s’organiser en interne pour établir une vraie gestion du risque et une stratégie de trésorerie orientée sur le court terme.

Enfin, pour Cédric Suire de Sage, il faut non seulement apporter des solutions de gestion d’entreprise, mais aussi accompagner ces dernières notamment par le biais de partenaires sur le terrain, intégrateurs informatiques qui forment et assistent également. Parmi ces solutions, certaines sont dédiées à des besoins spécifiques et majeurs, comme Sage Recouvrement Créances, un service élaboré en collaboration avec Clearnox.

 

“C’est l’écosystème, en général, du financement qu’une 

solution informatique doit venir simplifier pour l’entreprise.”

Cédric Suire

 

 

Dans la chaîne du recouvrement, la solution développée par Clearnox pour Sage induit des enjeux de pilotage et d’optimisation des processus poursuit Cédric Suire mais avant cela, il s’agit aussi d’un enjeu organisationnel, ou comment relever le défi du télétravail pour les entreprises. Rendre accessibles les données, les informations client et les actions à accomplir à distance pour maintenir la visibilité et assurer le pilotage de trésorerie, voilà l’un des grands enseignements de cette crise.

Thierry Gingembre confirme les propos de Mathias Eleaume et Cédric Suire quand il énonce à quel point disposer d’un outil efficace de suivi et de recouvrement de créances comme celui de Clearnox. Il devient impératif pour les entreprises de s’en munir de façon à améliorer la réactivité mais aussi le partage d’information au sein de l’écosystème en synchronisant toutes les données et en favorisant la collaboration entre tous les acteurs concernés  (direction, comptabilité, finance mais aussi le service commercial).

 

“Il faut tenir compte de la spécificité de chaque

entreprise et la façon dont elle est organisée.

Thierry Gingembre

 

 

Tous ces experts, Clearnox, Sage, ANPCR, affirment la même chose en martelant un message simple : protégez-vous et équipez-vous d’une solution efficace et adaptée pour anticiper les délais de paiement et tenter de les réduire au maximum afin de diminuer drastiquement les retards de paiement. Une approche que Mathias Eleaume de Clearnox résume en 4 conseils simples :

 

  1. Identifier les créances prioritaires
  2. Ne pas laisser les retards se mettre en place
  3. Préserver la relation client
  4. Relancer 100% de ses créances

 

L’un des atouts de Clearnox avec son processus de scénarios de relance est d’utiliser largement (⅓ des messages) la prévenance qui permet un recouvrement efficace tout en préservant la qualité de la relation client. Bien tenir compte du profil et personnaliser les différentes actions à mettre en place sont aussi importantes pour “se faire payer avec le sourire”.

 

 

Bénéficiez d’une démonstration personnalisée de Clearnox, logiciel de recouvrement de créances

L’autre grand atout est l’automatisation qui permet de relancer tout le monde en une seule fonction simple, ce qui libère du temps de travail et accroît l’efficacité. Pour autant, on peut également débrayer la fonction et relancer sur mesure ce qui offre un niveau de souplesse et de puissance particulièrement recherché, surtout en cette période. Enfin, dernier atout et non des moindres, Clearnox permet d’impliquer aussi les commerciaux afin d’insuffler une authentique culture cash au sein de toute l’entreprise.

 

“La visibilité que l’on donne à chaque membre de l’entreprise

va contribuer à la qualité de la relation avec le client.”

Cédric Suire

 

 

Changer de main pour se faire payer : le recouvrement

La période est malheureusement propice à un allongement des délais de paiement et une tension accrue sur les flux financiers et les relations inter-entreprises, donc il faut se prémunir et anticiper, plutôt prévenir que subir, afin d’éviter les risques d’impayés. Et quand, malgré tout, et après plusieurs relances infructueuses on n’obtient pas les résultats escomptés, il faut passer la main dans les meilleures conditions.

Pour les organismes de recouvrement de créances classiques représenté par Thierry Gingembre qui traitent les impayés durs, l’important est de ne pas trop tarder à transmettre la créance et à pouvoir fournir un maximum de données et un historique d’informations sur le client et le contexte, d’où l'importance primordiale de la synchronisation dans le processus de suivi et recouvrement.  

 

“À l’inverse du bon vin,

la créance impayée vieillit mal.”

Thierry Gingembre

 

 

Pour ce dernier, il ne faut pas trop tarder dans la transmission des créances qui n’ont pas été recouvrées après plusieurs relances et autres actions en interne. Il rappelle que “les pourcentages de succès en recouvrement sont de 80/85% lorsque la créance est transférée dans les 3 mois et l’on tombe très vite à 20% quand elle est transférée à plus d’un an !

L’autre grande question, toujours selon Thierry Gingembre, est comment traiter des problématiques d’impayés totalement différentes selon les entreprises ? D’où la nécessité absolue, en amont, de disposer d’un outil configuré pour ses besoins propres et dimensionné selon le type de processus de recouvrement à mettre en place. Sachant que le contexte peut évoluer rapidement comme on en a la preuve en ce moment.

D’ailleurs, s’il constate également que “l’effet domino” tant redouté n’est pas intervenu, notamment grâce aux aides de l’État, il dit pour autant s'attendre à une dégradation de la situation par la suite, courant 2021. Il suggère par ailleurs une extrême vigilance aux moindres signes de défaillance détectés grâce à la relance et aux outils en interne dans l’entreprise, comme la solution Clearnox.

Il faut maintenir la communication avec ses clients pour bien évaluer le risque afin d’anticiper puis réagir au bon moment et dans les bonnes conditions. Cela implique aussi de s’entourer de partenaires pour se faire accompagner efficacement et de manière personnalisée. Il faut développer une approche transversale pour s’assurer une visibilité parfaite et une transparence sur la situation de chaque client.

 

Bilan en trois mots clés : accompagnement, collaboration et stratégie

En guise de mot de la fin, Frédéric Visnovsky ajoute “Optimiste”. Il tient à souligner que “tous les dispositifs et les mesures de relance, toutes les adaptations faites par les entreprises dans cette sortie de crise vont aller dans le bon sens et on aura une économie qui sera plus forte en sortie de crise.” 

D’ailleurs, il remarque que  “les résultats des appels à projets dans le cadre de la relance et la réindustrialisation fonctionnent très forts”. Pour lui, cela va concerner toutes les entreprises, petites et grandes, puisque “quand de grandes entreprises font des projets cela a des impacts sur leurs sous-traitants.

Quant à Mathias Eleaume, il cite Edgar Morin “Je ne suis ni optimiste, ni pessimiste, je suis dans l’action.” pour souligner combien il est urgent d’agir pour faire face à ce défi, être à l’écoute et rester agile pour réagir en toutes circonstances. S’équiper et se protéger pour ressortir grandi et renforcé pour aborder sereinement le monde d’après.

Clearnox, la solution experte pour les TPE/PME

Ce débat l’a amplement évoqué et c’est une évidence pour tous, les TPE/PME sont les plus concernées par la situation actuelle, du fait de leur plus grande exposition aux retards de paiement. Clearnox connaît parfaitement la question et reste plus que jamais mobilisé pour les accompagner au quotidien en leur apportant une réponse adaptée et efficace à leurs besoins de trésorerie.

Ainsi, Clearnox s’impose comme un partenaire privilégié pour les TPE/PME afin de les aider à relever ce nouveau défi majeur : celui de se faire payer plus facilement et plus rapidement… même (et surtout) en temps de crise ! Collaborative, intuitive et simple à utiliser, la solution Clearnox apparaît donc comme la réponse idéale au contexte actuel, comme le démontre cette série de vidéos.

 

Á propos de Clearnox

Clearnox, leader dans le suivi, la relance et le paiement de factures, permet aux entreprises d’être payées plus facilement et plus rapidement. Grâce à une solution innovante en ligne et une méthodologie éprouvée, Clearnox apporte une réponse aux problèmes majeurs des entreprises : la sécurisation d’un niveau suffisant de trésorerie et la maîtrise des délais de règlement. Depuis son lancement, Clearnox a facilité le paiement cumulé de 10 Milliards d’euros de factures !